Retour sur une semaine en commun

Chaque année, les Libres Codeur·euse·s se retrouvent dans un même lieu pendant une petite semaine. C’est notre séminaire annuel : autour d’un forum ouvert, c’est l’occasion d’échanger, de travailler sur des projets communs, d’améliorer notre organisation, et de passer du temps ensemble autour de balades et de jeux de sociétés.


Photo de groupe ; sans Etienne, qui n’a pas pu venir.

Projets communs

En plus des siestes, de la cuisine et des parties de Mario Kart (Bowser, meilleur personnage), on a réussi à avancer sur quelques projets à nous.

Oui, parce que le séminaire est l’occasion pour certain·e·s d’entre nous de ressortir les projets personnels du tiroir, d’avancer un peu sur nos projets de long-terme, et de, pour une fois, partager notre enthousiasme avec d’autres gens. Entre autres envies, cette semaine a vu du progrès sur Bicyclette, LADX, et un enthousiasme commun pour le début d’Inktober.

C’est aussi un bon moment pour partager nos connaissances : nous mettre à jour sur les détails de notre comptabilité autogérée, ou discuter des subtilités de la perception des couleurs dans l’œil humain.

Mais c’est aussi l’occasion de lancer ou d’avancer sur des projets de coopérative communs à nous tous. Cette semaine, nous avons avancé sur :

Décisions de groupe

Notre fonctionnement collectif peut toujours être remis en question et amélioré.

Dans les sujets de cette année, nous avons parlé de congés maternité et paternité. Nous avons décidé de compléter les indemnités octroyées par la sécu et la convention collective par un salaire parental, versé par la coopérative pour permettre de prendre plus de temps à la naissance d’un enfant.

Notre mode de rémunération organise une solidarité entre membres, où la contribution de chacun à la coopérative est fonction du montant facturé chaque mois. Mais nous nous sommes rendu compte que dans certains cas notre formule de répartition ne fonctionnait pas exactement comme nous l’avions prévu. Nous sommes en train de la rectifier, pour mieux prendre en compte les inégalités de revenus.

Nous nous sommes posés beaucoup de questions sur le recrutement. Faut-il favoriser la croissance, ou la formation d’un groupe stable ? Quelles sont les différentes manières pour intégrer de nouvelles personnes, et contribuer à diffuser le modèle coopératif ?

Après être passés de 2 à 10 personnes en trois ans, nous avons décidé de mettre notre recrutement direct en veilleuse pendant quelques mois ; même si nous nous laissons la porte ouverte pour d’éventuelles cooptations. Nous voulons également améliorer notre processus de recrutement : s’engager sur une durée de réponse prévisible, supprimer les freins aux discussions libres entre nous, et ré-affirmer le principe d’unanimité sur les recrutements.

Nous voulons également poursuivre nos efforts d’essaimage, et de liens avec d’autres coopératives. Nous allons par exemple continuer notre ouverture à de jeunes professionnels (immersion, stages) – pour contribuer à la formation à notre métier, et montrer comment se vit de l’intérieur notre mouvement coopératif. Nous avons également envie de poursuivre sur la lancée de notre intervention à Pas Sage en Seine cette année, et d’aller parler de coopératives à l’extérieur, dans des conférences ou des lieux de formation (universités, écoles, communautés d’apprentissage). Le travail lancé avec codecode.coop fait aussi partie de ces efforts d’essaimage.